APOLOGIE est une marque libre ! Joyeuse et décomplexée, elle aime les filles qui vont de l’avant, telle une Parisienne joyeuse. A travers ses collections, Olivia Cognet souhaite imposer sa vision de la vie en couleurs, joyeuse, optimiste, enthousiaste et avec un trait d'humour. Le binôme infatigable et exclusif dote Apologie d'une énergie optimiste, qui vous fera voir la vie en couleurs Apologie !
Sparkling Parisian shoes

apologie-paris.com

Que voulais-tu devenir quand tu étais enfant ?

Indiana Jones, pour l’aventure et l’action !

Comment as-tu démarré ?

J’ai commencé très jeune à l’âge de 21 ans lorsque Jean Charles de Castelbajac m’a repéré pour les illustrations que je faisais et que je vendais dans de petites boutiques de mode. Mais le dessin non appliqué à l'objet ne m’intéress​ait​ pas tellement… 6 mois après avoir commencé mon premier job, je me voyais confi​er​ toutes les lignes accessoires de la marque. C’est là que j’ai appris le métier de la chaussure car nous avons collaboré avec les usines Charles Jourdan puis Robert Clergerie.

Comment te décris-tu ?

Joyeuse - fédératrice

Comment as-tu construit ton équipe ?

Je sais très bien que la création et la gestion d’une société, sont deux éléments qui ne font pas bon ménage. Dès la fondation d’Apologie j’ai été associée​, je ne conçois pas une maison de mode sans nos deux profils. J’aime travailler avec Sophie Viot Coster, à deux nous sommes plus fortes face aux problématiques entrepreneuriales, notre énergie est sans limite . Nous avons des valeurs communes, mais chacune a son savoir faire dans son domaine … à nous deux nous fondons un duo explosif, dynamique. Apologie est désormais incarné par notre tandem de filles.

Comment trouves-tu ton équilibre ?

Sophie : La gestion, le commercial, l'organisation
Moi : La création, l’image, le produit

Quelle est ta vision de la mode ? Que doivent dire tes produits ?

Say Hello ! Des chaussures pleines de vies pour égayer des silhouettes féminines et ramener de la joie par le sol.

Qu'est-ce qui t'inspire ? Qu’est-ce qui t'émeut ?

Le surréalisme, les films des années 60… Les comédies musicales avec des femmes qui dansent, Jacques Demy, le magicien d’Oz, Cyd Charisse, Bob Fosse, Sweet charity les référents en chaussures : Perugia, Ferragamo, Hellstern, Tokyo Kumagai.

Comment décris-tu ta marque ?

« Sparkling Parisian shoes » Un chausseur et des accessoires qui accompagnent la chaussure comme une minaudière, un bijou. Un positionnement sur le segment « contemporary » avec l’objectif d’aller vers le segment « Advanced contemporary ». Une marque de spécialiste, assumée : une marque de chausseur parisienne avec de l’esprit. Proposer des chaussures pour aller travailler et pour sortir, des chaussures faciles à porter, accessibles dans leur esprit et leur usage : « Du petit déjeuner à la boum, Apologie c’est la marque de Cendrillon : la preuve qu’une paire de chaussures peut changer votre vie.

Quel moment de ta vie influence tes créations ?

Mon enfance, mes 30 ans.

Le voyage est-il une part importante de ton processus créatif ?

Bien sûr ! Pour s’aérer​l’esprit et prendre le recul nécessaire avec Paris, pour aimer​ la ville et ses inspirations à nouveau !

Quel est le dernier lieu qui t'ait vraiment fasciné ?

En général la nature et ses paysages époustouflants.

As-tu créé ta marque par instinct ?

Evidemment. Si c'était pour l'argent, je ferais autre chose.

Quel est l’enjeu principal pour ta marque aujourd’hui ?

Le développement commercial !

Quel a été le diagnostic de l'IFM sur la gestion de ta marque ?

Être une marque plus forte, plus identitaire - Affirmer le positionnement sur le marché - Développer les ventes

Sur quels aspects l'IFM t'a-t'il aidé ?

La communication - Les réseaux - Les conseils d’experts - L'organisation interne

Quelles sont les prochaines étapes pour ta marque ?

Une nouvelle ligne de bijoux de chaussures, magnifiques !

Où aimerais-tu être dans 5 ou 10 ans ?

Une belle grande société de souliers avec de multiples boutiques dans le monde. Et surtout beaucoup de femmes dans les​ rues avec nos chaussures aux pieds.

Envisagerais-tu de travailler pour d’autres marques ?

C’est déjà le cas je suis la DA de Stéphane Kélian entre autres...

Un conseil à partager avec de jeunes créateurs qui rêvent de lancer leur propre marque ?

Commencer d’abord dans de grandes maisons pour apprendre le métier et bien développer son réseau industriel avant de se jeter dans la gueule du loup

Un message aux investisseurs ou acheteurs potentiels ?

Prenons rendez-vous !

Vetements
Bonastre