BONASTRE est une marque parisienne de sacs et accessoires de maroquinerie pour l’homme et la femme. Ses collections au design minimaliste et contemporain sont réalisées avec des peaux au tannage végétal et sont un appel à la discrétion dans le Luxe.

La réinterprétation contemporaine des codes de la maroquinerie traditionnelle, la construction à l'image de l'architecture moderne (Oscar Niemeyer, Tadao Ando...) et le design industriel, l’esthétique de l’objet et le désir des choses qui durent : voilà les principales sources d’inspiration de la marque qui font que chaque pièce est une pièce unique.

De fait, un sac Bonastre exalte une pureté radicale, un effet voluptueux et une touche nonchalante pour aller tout simplement à son rôle essentiel et pratique : sa fonction.

bonastre.net

Que voulais-tu devenir quand tu étais enfant ?

Dans les années 80, alors que je vivais à Barcelone, les amis qui défilaient chez mes parents étaient des personnages gais et excentriques, en plein mouvement de la Movida. Leur style déjanté me fascinait et cet univers a ouvert mon champ des possibles. J'étais tiraillé entre deux projets professionnels : l’architecture OU la chirurgie esthétique... c’est la mode qui s'est finalement imposée comme une évidence et... la construction de sacs en peau !

Comment as-tu démarré ?

Tout logiquement, j’ai intégré l’Université de la Mode à Madrid et obtenu un Master d’Image et Marketing appliqué au Luxe. J’ai débuté à Paris en 1997 chez Lacroix Haute-Couture, puis Montana, maison au sein de laquelle s'est révélée ma passion pour le cuir. J’ai exercé aussi dans le Prêt-à-Porter Femme, successivement en tant que Styliste, Directeur d’Image et Directeur Artistique.

Comment te décris-tu ?

Je suis discret mais combatif, secret et curieux, pudique et gai, rêveur et audacieux, intuitif et esthète, généreux... surfeur et adepte de rock alternatif, j’adore la nature, mais je me sens définitivement urbain.

Comment travailles-tu ?

L'ombre et la lumière, le rêve et le terre-à-terre, le ying et le yang, la création et la logistique. Chaque saison, on travaille surtout sur le doute, on remet tout en question.

Quelle est ta vision de la mode ? Que doivent dire tes produits ?

L'espace devient un luxe de notre monde moderne. Un sac est un volume, de l'espace transportable dont on dispose pour y recueillir notre intimité. Il y a dans ma création une réflexion conceptuelle forte et rationnelle sur le volume et le comportement de la matière dans l'espace. Ensuite c'est la justesse des concepts qui génère la beauté. Je mets en exergue le cuir végétal (peau brute naturelle) sur lequel, tel un chirurgien, je dessine et imagine les contours de ces créations. Et finalement, c'est le savoir-faire d'un atelier traditionnel qui projette la culture ancestrale de la maroquinerie dans la modernité.

Qui t'inspire ? Qu'est-ce qui t'émeut ?

Je suis passionné par le design industriel et les œuvres minimalistes d’architectes comme Oscar Niemeyer ou Tadao Ando. J’admire le souffle créateur de couturiers légendaires: Balenciaga, Madeleine Vionnet... et l’approche conceptuelle de la mode japonaise avant-gardiste : Junya Watanabe, Rei Kawakubo, Yohji Yamamoto.

Comment décris-tu ta marque ?

Un style minimaliste et épuré, structuré et respectueux de notre planète, dicté par la recherche de la simplicité et de l’esthétisme. Le modèle final se veut radical dans sa pureté, voluptueux dans ses volumes et nonchalant dans son look, pour ne servir qu'un but ultime et essentiel : sa fonction. J’ai un parti-pris technique permanent et une volonté architecturale primordiale, où matière et construction s’imbriquent et rythment les collections.

Quel moment de ta vie influence tes créations ?

Des états de contemplation et de curiosité extrêmes.

Le voyage est-il une part importante de ton processus créatif ?

Le Japon ou New York me nourrissent. Mais Paris est un creuset de cultures, d'influences et d'arts. C’est la confluence de cultures passées dans le prisme de l’avant- garde. C'est aussi une référence du beau, de l'élégance, du glamour et par conséquent de l'excellence et du savoir-faire de toute une chaîne de métiers de création et d'artisans.

Quel est le dernier lieu qui t'ait vraiment fasciné ?

Tokyo et sa multitude d’habitants mais où l’on se sent respecté en tant qu’individu. Une ville avec une énergie singulière.

As-tu créé ta propre marque par instinct ?

L’instinct est un sixième sens essentiel en tant que créateur. L’instinct, oser et le désir de séduire...

Quel est l'enjeu principal pour ta marque aujourd'hui ?

L’accompagner vers le développement...

Quel était le diagnostic de l'IFM sur la gestion de ta marque ?

La marque doit amorcer une nouvelle phase de développement : concevoir un plan de financement sur les 5 prochaines années et trouver les moyens pour le mettre en place.

Sur quels aspects l’IFM t'a-t'il aidé ?

J’ai créé ma marque et je l’ai auto-financée seul. L’accompagnement de l’IFM a été le bienvenu. L’équipe de consultants de l’IFM m’a permis de mettre en perspective la vision de la marque en me montrant les voies à suivre pour son développement. Cette équipe de professionnels a su mettre le doigt sur les points forts à développer et les points faibles à améliorer.

Quelles sont les prochaines étapes pour ta marque ?

Trouver le financement pour renforcer la stratégie commerciale en recrutant un développeur, repenser les points de vente et le site internet. L’avenir de la marque passera par l’ouverture de boutiques en propre à Paris et dans les capitales internationales.

Envisagerais-tu de travailler pour d’autres marques ?

J’interviens occasionnellement en tant que styliste-créateur free- lance avec éventuellement le suivi de production pour la création de collections pour des marques, la dernière en date étant Aston Martin.

Un conseil à partager avec de jeunes créateurs qui rêvent de lancer leur propre marque ?

Avoir un projet singulier et ne pas faire ce que font les autres, car c’est déjà fait. Savoir s’entourer et écouter son instinct.

Un message aux investisseurs ou acheteurs potentiels ?

Bienvenue chez BONASTRE ! Le produit est exceptionnel et nous avons des clients exceptionnels. De plus, nous avons une vision globale et à long terme de la marque.

Apologie
Jacquemus