Lancée en 2012, la marque éponyme Raphaëlla Riboud est une marque de homewear de luxe. Sa mission est de célébrer l'intimité, les moments de partage pour un vestiaire à porter chez soi, voire en dehors de chez soi en l'associant à d'autres pièces du vestiaire féminin.

La philosophie de la marque est de conjuguer « savoir-faire » et « savoir-être », les recherches de matières souples, luxueuses sont au cœur de la création, les dentelles de Calais les plus délicates sont associées aux cotons les plus fins et les imprimés exclusifs de la saison sont la signature de Raphaëlla Riboud.

raphaellariboud.com

Que voulais-tu devenir quand tu étais enfant ?

Tout ce qui m'aurait permis de porter un costume bouffant, rose. Les diadèmes étaient considérés modérément facultatifs.

Comment as-tu démarré ?

Mon premier boulot était chez Tatler magazine pour Isabelle Blow.

Comment te décris-tu ?

Déterminée.

Comment travailles-tu en équipe ?

Mon assistante est venue m’aider pour une journée et n’est plus jamais repartie. Cela fait quatre ans que nous travaillons ensemble. Elle est l’héroïne discrète de la société.

Quelle est ta vision de la mode ?

Je pense que la mode est devenue essentiellement démodée.
Nos produits sont la définition du luxe : la recherche éternelle d'un équilibre entre la forme et la fonction. Le savoir-faire et le savoir-être.

Qu'est-ce qui t'inspire ?

J’adore les rites, les porte-bonheurs et les superstitions.

Comment décris-tu ta marque ?

Raphaella Riboud est une garde-robe de vêtements de luxe pour la maison. Nous fêtons l’intimité: le temps avec ceux que vous aimez.

Quels moments de ta vie influencent tes créations ?

Mon intimité.

Le voyage est-il une part importante de ton processus créatif ?

Je suis à la limite d’être une obsédée quand je fais mes valises et j’adore ma garde-robe de vacances. Nos chemises de nuit sont mon compagnon de voyage constant parce qu’on peut les porter de façons tellement diverses.

Quel est le dernier lieu qui t'ait vraiment fasciné ?

J’ai une histoire d’amour de longue durée avec l’Italie. Rome est ma dernière obsession.

As-tu créé ta marque par instinct ?

Mon boulot à plein temps est de me fier à mon instinct.

Quel est l’enjeu principal pour ta marque aujourd’hui ?

Revenir à notre raison d’être.

Quel était le diagnostic de l'IFM sur la gestion de ta marque ?

Le projet avait besoin d’aide pour définir la prochaine étape, d'évoluer d'une bonne idée, le pyjama, vers une marque plus globale.

Sur quels aspects l'IFM t'a-t'il aidé ?

L’IFM a apporté un point de vue extérieur sensé sur la marque. Il m’a aidé à faire face à des aspects à la fois business et commerce d’une façon réaliste et plus efficace.

Envisagerais-tu de travailler pour d’autres marques ?

Ne jamais dire jamais.

Un conseil pour les jeunes créateurs qui veulent monter leur propre entreprise ?

Foncez !

Un message aux investisseurs ou acheteurs potentiels ?

Je laisserai mes vêtements avoir le dernier mot…